Skip to main content Help Control Panel

Académie salésienne

Pages spéciales événements «  

Le 22 septembre 2010, Arnaud Pertuiset, membre actif du bureau de notre société, a été reçu docteur en histoire de l'université de Savoie.


Voici un compte-rendu de cette soutenance, où étaient présents (entre autres) le président, le vice-président et la secrétaire adjointe :

L’assistance était nombreuse ce 22 septembre 2010 dans la salle des conseils de l’université de Savoie pour écouter Arnaud Pertuiset, membre de l’Académie salésienne, soutenir sa thèse : Mgr Biord, évêque du diocèse de Genève-Annecy : un prélat de frontière à la périphérie des Lumières (1764-1785), préparée sous la direction de Frédéric Meyer. Le jury était composé de :  Alain Becchia, professeur à l’université de Savoie (président), Gilles Deregnaucourt, professeur à l’université d’Artois, Philippe Martin, professeur à l’université de Nancy II, Frédéric Meyer, maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’université de Savoie, Angelo Torre, professeur à l’université de Verceil.

Le déroulement a été classique. Dans un exposé d’une vingtaine de minutes, le candidat a présenté son ouvrage et la problématique : étudier Jean-Pierre Biord (1719-1785), évêque de Genève-Annecy de 1764 à 1785, pas seulement à travers sa biographie mais aussi dans le fonctionnement de ses réseaux, ses rapports avec le pouvoir, avec les Philosophes, avec son administration diocésaine. Les cinq membres du jury ont ensuite discuté les analyses du candidat et lui ont posé quelques questions visant à préciser tel ou tel point (les revenus de l’évêque, ses origines sociales, ses positions théologiques ou moralistes, par exemple).

Retenons quelques conclusions saillantes de la thèse, qui est constituée de l’articulation raisonnée de dossiers très complets. On apprend ainsi, dans le détail, comment est nommé un évêque dans les États de Savoie. On sait tout des origines sociales de Jean-Pierre Biord (1719-1785), né à Samoëns dans une famille de notables locaux et ayant suivi un parcours atypique. Le personnage, d’une envergure et d’une intelligence moyennes, disposant de réseaux peu développés, accomplit une œuvre où le maître mot est le pragmatisme. L’évêque crée une Bourse diocésaine, celle des pauvres écoliers, instituée en 1779, qui permet le recrutement des prêtres issus de milieux modestes et ruraux. La thèse expose de manière très complète l’édification du palais épiscopal à Annecy ou encore les relations épistolaires complexes liées à la création de Carouge ou à celle du diocèse de Chambéry. Elle fournit des développements précieux sur le perfectionnement de l’administration diocésaine, à une époque où la méritocratie (qu’on retrouve dans l’administration royale, bien décrite par Jean Nicolas) s’affirme.

Le candidat a donc produit un document d’une belle facture tant dans la forme que dans le fonds, exploitant des sources abondantes, parmi lesquelles on peut signaler les archives de l’Académie salésienne qui recèlent les Mémoires de Mgr Biord. Il fournit donc un apport considérable à la connaissance du diocèse de Genève-Annecy, tant du point de vue local (Carouge, Genève, Ferney en pays de Gex, Samoëns, Annecy sont les théâtres d’action du prélat) mais aussi du point de vue international (relations avec les cours de Versailles, Turin et Rome, par exemple). Arnaud Pertuiset a donc été brillamment reçu docteur de l’université de Savoie, sa thèse sera prochainement publiée et il fait figure de digne successeur de Roger Devos, comme spécialiste des questions religieuses savoyardes.

Ce beau travail entrant typiquement dans le genre d'ouvrages qu'édite l'Académie salésienne, notre société aura plaisir à publier sa thèse dès 2012.

Related files

Diplome.jpg 4,718 bytes, 471 downloads
Posted by Acsa2 on Jul. 1 2011